SNCF : la France en sous-développement



Source


Aujourd'hui, je pensais passer une belle journée. Mon projet a été déjoué par la faute d'un certain Philippe Duron, qui a rendu aujourd'hui un rapport concocté par la commission qu'il dirige. Un rapport qui propose de supprimer un certain nombre de "lignes d'équilibre des territoires", c'est à dire les vieux corail, qui malgré leurs 30 ans, rendent un fier service à des contrées que certains ne sauraient même pas placer sur une carte. 


Or, le chemin de fer, c'est un peu mon dada, et pas sans raisons : le train est un des meilleurs moyens pour redonner vie aux territoires délaissés, répartir la pression immobilière, résorber en partie le chômage, améliorer les conditions de vie de tous. Qui plus est, le train est le transport motorisé le moins polluant ! 

Le train est d'utilité publique, point.

Vous imaginez donc ma consternation quand j'ai vu tomber la nouvelle ce matin.

Peut-être que nous ne comprenons pas vraiment ce qu'ils font, Philippe Duron, son équipe de joyeux drilles, et tous les croque-mort qui l'ont précédé et le suivront dans le travail de rabougrissement du chemin de fer. Alors qu'ils l'expliquent !

Qu'ils expliquent à cette grand-mère de Nantes qui n'a pas de voiture, que dorénavant, il faudra se rendre à la gare routière pour prendre un car aux dimensions étriquées, aux cahots incessants et à l'atmosphère confinée, pour aller voir ses petits-enfants à Bordeaux, que c'est ça le progrès !

Qu'ils expliquent à ma mère, qui elle non plus ne peut pas faire des heures de voiture, que dorénavant, le train pour venir la voir ne s'arrêtera plus à La Souterraine (dans la Creuse), mais à Limoges.

Qu'ils expliquent à ces milliers de jeunes employés qui vont d'une ville moyenne à l'autre, que dorénavant, il faudra soit s'endetter pour se payer une voiture, soit se résigner à perdre son emploi.

Qu'ils expliquent à ces maires de petites villes désertées, qu'elles seront encore plus désertées, parce que quelque part, dans un bureau, on a décidé que chaque branche d'une même société (à caractère de service public, je le rappelle), devait être rentable !

Qu'ils expliquent à ces milliers de travailleurs et d'étudiants arrivés à Paris, que, si les loyers y sont si élevés, c'est parce que l'on a préféré renforcer le réseau centralisé de chemin de fer, au détriment des lignes transversales !

Qu'ils expliquent aussi à ces millions de déplacés climatiques que c'est pour assurer la rentabilité de la SNCF qu'on a conseillé aux usagers du train de passer à l'avion ou à l'autocar, tellement moins cher !

Qu'ils expliquent enfin à leurs enfants, que non, les autoroutes ne sont pas plus gratuites que les voies ferrées (elles sont même plus chères à débit égal), mais que pour que la pilule passe, il fallait inventer ce gros mensonge !

Qu'ils expliquent donc leur politique en face, à tous ceux qui pâtiront de leur conception étriquée de l'Etat, ou qu'ils rendent leur tablier pour laisser place à ceux dont ils prétendent faire le bonheur.