Principes


Piazza di Spagna (source : Wikimedia)

Quelques idées se sont imposées à moi au fur à mesure de la pratique du projet :

[Architecture]

- Un projet s'écrit avant d'être dessiné.

- Un élément n'est pertinent que lorsqu'il forme la solution à plusieurs problèmes d'ordre pratique, symbolique, esthétique, social.



- Les lieux tabous (WC, poubelles, débarras, caves) sont les témoins de la bonne conception d'un bâtiment et du respect de ses usagers.

- La demande des clients ou des usagers n'est exploitable que quand elle est confrontée à leurs habitudes, à la limite qu'ils placent entre intimité et société, à l'utilisation réelle des espaces qu'ils appellent de leurs voeux.

- Un bâtiment doit être livré avec un mode d'emploi.

[Espaces Publics]

- La ville démocratique, c'est le droit au choix, c'est le droit à traverser un lieu pour se rendre dans un autre lieu, le droit à changer d'avis en cours de route. Or c'est impossible quand les "quartiers" sont des zones à contourner, quand les "rues" sont des impasses ou des boucles de desserte. Un simple changement de signalisation et d'adressage peut arranger bien des choses.

- Dans un quartier sur dalle, le problème n'est pas la dalle mais les connections entre les différents niveaux. Elles se distinguent rarement par leur importance ou leur évidence. Les escaliers urbains ne sont pourtant pas une invention récente, témoin celui de la Piazza di Spagna à Rome.